• situation
  • les halls depuis l'extérieur - état existant
  • les halls de l'intérieur - état existant
  • projet - perspective
Plus d'infos…

Bagnolet (93)
Les Malassis – Requalification des halls du bâtiment A3

Locatifs sociaux | Logements collectifs | pour l'OPH DE BAGNOLET | Résidentialisation

Maitre d’ouvrage

OPH de BAGNOLET

 

Situation

Bagnolet (93) – Quartier des Malassis

 

Programme

Transformation des halls d’entrée

 

Réalisation

Consultation restreinte < 02.2015

 

 

Montant des travaux

190 000 .00 €

 

Équipe de maitrise d’œuvre

K-HUT

 

Le bâtiment A3 est un bâtiment de 5 niveaux sur sous-sol semi enterré de 100 mètres de longueur par 13 mètres d’épaisseur, orienté Est-Ouest et abritant 50 logements traversants de typologie variée. Ces logements sont distribués par 5 cages d’escalier positionnées en façade nord et desservies par des volumes saillants en double hauteur. Disposés de manière régulière et constitués d’un accès aux niveaux supérieurs et d’un accès aux niveaux inférieurs non communicants.

Les espaces communs intérieurs (halls et paliers) du bâtiment A3 se réduisent à leur strict nécessaire. Espaces sans qualité, les halls sont:

 

 1. Étroits et sombres

Les revêtements intérieurs de sols et de murs ne manquent pas de matières, de textures, de contrastes et de couleur mais l’harmonie d’ensemble, le thème décoratif, est peu évident

 

2. Non directement accessibles

Les accès sont latéraux et distincts, selon que l’on souhaite accéder aux niveaux supérieurs ou inférieur (caves, locaux vélos). Ce système complique fortement les usages du quotidien, encore accentués par la malisation des halls et des espaces extérieurs | pour OPH DE BAGNOLET rche devant l’accès au hall «supérieur».

 

3. Frontalement aveugles

Les pignons aveugles de deux niveaux en façades nord des boites des halls constituent enfin un écran ne donnant pas à voir la rue depuis l’intérieur du hall

 

Le projet, avant d’être un exercice esthétique, se doit de répondre aux dysfonctionnements précédemment évoqués :

 1. Affirmer le caractère résidentiel de l’ilot par une différenciation du traitement des espaces intérieurs à la résidence des espaces extérieurs et publics.

C’est notamment par la forte présence du végétal que cette distinction se fait aujourd’hui. Cette qualité est à préserver, plus encore puisqu’il s’agit d’un souhait fort des habitants.

 

2. Délimiter clairement les espaces publics (la rue) des espaces privés (le jardin avant, le jardin arrière), par un travail fin sur la clôture, notamment le long de la rue Sampaix. Celui-ci permettra aux habitants de retrouver une intimité liée à l’unité résidentielle.

Le long de la rue Sampaix, compte tenu de la faible épaisseur de la bande plantée, cette distinction se fera par la présence d’un muret, surélevant légèrement le niveau des plantations du niveau de la rue.

 

 3. Identifier, simplifier et sécuriser les accès ainsi que les espaces extérieurs et intérieurs, notamment par l’éclairage (naturel des espaces intérieurs et artificiel des espaces extérieurs).

La diminution du nombre d’accès (aujourd’hui au nombre de deux par cages) permettront de simplifier l’usage, la gestion et l’entretien des halls. Une meilleure co-visibilité entre intérieur et extérieur, une luminosité naturelle plus importante et un éclairage artificiel suffisant rendront par ailleurs ces espaces plus sûrs.

 

 4. Rendre les halls plus agréables et conviviaux

L’agrandissement des halls au niveau de l’accès et leur généreux éclairement naturel est une évidence mais ce gain d’espace et de fonctionnalité s’accompagnera d’un traitement plus noble des parois intérieures, voire extérieures (par exemple en habillant la partie visible du parking semi-enterré d’un matériau semblable à celui utilisé en intérieur.

 

5. Articuler le pignon ouest du bâtiment avec le carrefour Sampaix-Brossolette par un traitement paysager des espaces extérieurs.

Ce traitement paysager d’un espace résiduel, sans affectation et sans usage mais devant intégrer les Points d’apports volontaires prévus, pourra « habiter » la façade pour créer par exemple un mur végétal.